Cohabitations intergénérationnelles

31 Août Cohabitations intergénérationnelles

Alternative aux maisons de retraite, l’habitat intergénérationnel qui permet à plusieurs générations de cohabiter au sein d’un même bâtiment ou maison, est une « solution » qui commence à se développer au sein de différents programmes immobiliers (à Bordeaux, Lyon, Nantes, Cergy …) mais que l’on doit encore continuer à encourager dans les réalisations d’habitat collectif pour répondre à des besoins en croissance. A travers ces 2 exemples de maisons individuelles, renouant avec un mode de vie disparu suite au rétrécissement de la cellule familiale, se dessine une esthétique plus chaleureuse et conviviale, très différente de celle généralement présumée lorsqu’on parle d’EHPAD. Projet de rénovation, cette réalisation a consisté à aménager une ancienne maison en bois de 2 étages à Tokyo pour permettre à 4 générations de cohabiter : un jeune couple avec leur fils, les parents de la propriétaire, et sa grand-mère. Outre le renforcement de la structure, l’augmentation de la lumière naturelle et l’amélioration de la ventilation, l’architecte s’est efforcé de promouvoir les connections entre les générations à travers les différents espaces partagés, sur le modèle des appartements en colocations, complétés par des espaces individuels privés.

Ré-agencement d’une maison traditionnelle japonaise pour accueillir 4 générations par Tomomi Kito

Implanté sur une parcelle toute en longueur, ce bâtiment comporte 2 unités de vie indépendantes : une pour les parents et grand parents, l’autre pour les enfants et petits-enfants. A l’interface des 2 logements, les espaces partagés (cave, cellier- buanderie et terrasse haute) permettent de créer un sas pour préserver l’acoustique et l’intimité, et en même temps facilitent la communication interne au bâtiment en rez-de-chaussée et à l’étage. Pour tenir compte des besoins des différents habitants, les typologies de chambre varient de la suite parentale et PMR à la cabine de bateau version dortoir pour les plus jeunes.

Habitat intergénérationnel de Tica architectes à Vaux sur Mer

La tendance « hybridation » des usages commence à percer dans les nouveaux programmes immobiliers, faisant se côtoyer des publics divers et créant une mixité sociale et générationnelle très enrichissante. Inscrit dans le cadre de la nouvelle « stratégie handicap, inclusion et accessibilité universelle » de la Ville de Paris, Le Village Saint-Michel vient d’être inauguré sur le site de l’ex-hôpital du même nom dans le 15ème arrondissement de Paris. Les architectes ont conçu une opération mixte et intergénérationnelle sur prés de 30000 m2, qui regroupe 211 logements sociaux ou en accession, une crèche, un EHPAD et plusieurs structures médico- sociales.

Le Village Saint-Michel à Paris par les architectes François Leclerc, Laurent Niget et Gaëtan Le Penhuel avec BNP Paribas Immobilier

La Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) lance chaque année un concours destiné aux étudiants leur proposant d’imaginer des lieux de vie innovants : les maisons de retraite de demain en 2017 (des lieux de vie collectifs à destination des personnes fragiles en 2018). Parmi les projets primés cette année, 2 nouveaux concepts illustrent la créativité des étudiants et offrent de vraies perspectives pour faire évoluer ces structures. Le Prix du concours d’idées a récompensé un projet solidaire composé de quatre petites maisons de 20 ou 30 logements réparties dans plusieurs villages d’une communauté de communes (Corbières en Méditerranée dans l’Aude). Chaque village prend en charge une partie du fonctionnement général de l’établissement, le pôle médical avec des soignants libéraux pour l’un, la blanchisserie pour l’autre, le troisième la pharmacie, le dernier le portage des repas. Cette mise en commun des compétences administratives, médicales et extérieures, ainsi que l’échelle réduite des bâtiments, met l’accent sur le bien-être chez soi et véhicule une image plus rassurante du vieillissement.

« Paulette au village » de Pauline Ballester, Virginie Sabin et Alaïs Tagliarino dans le cadre « Les maisons de retraites de demain », Prix CNSA 2017

Une Mention spéciale a été attribuée aux étudiants qui voulaient faire de la maison de retraite un espace attractif en implantant une serre sur une ancienne friche industrielle voisine. Cette serre, nouveau lieu d’échange et de partage en connexion avec la ville, serait accessible aux habitants du quartier (familles, écoliers, étudiants …) générant une activité qui pourrait rythmer le quotidien des résidents. L’exploitation de la parcelle serait confiée à un agriculteur et la production partagée entre l’agriculteur et l’EHPAD. Un projet qui a séduit par les pistes pour l’avenir qu’il ouvre, en phase avec les préoccupations actuelles, tant sociétales que durables.

«Serre des sens, un nouveau lieu d’échange et de partage» de Adrien Carboni, Déborah Cohen, et Mathieu Lombardi dans le cadre « Les maisons de retraites de demain », Prix CNSA 2017

Contacter l'auteur

Veuillez laisser ce champ vide.

Soyez le premier à commenter

Poster un commentaire