Le bâtiment réversible :  »Je retourne ma veste. Toujours du bon côté »

07 Fév Le bâtiment réversible :  »Je retourne ma veste. Toujours du bon côté »

Tous ces changements culturels ont un impact sur l’habitat et son architecture. La conception doit donc être pensée à l’aune de ces évolutions et prévoir les futurs usages du bâtiment. Il ne s’agit plus de penser à un espace figé, mais modulables, adaptables à la vie des occupants.

La vision des architectes doit évoluer avec cet état de fait. Valoriser la rénovation par rapport au neuf est un élément sur lesquels les écoles travaillent déjà. Outre cela, il est quelque fois très compliqué de rénover un bâtiment pour l’adapter à son nouvel usage. Les rénovations les plus complexes nécessitent que de nombreux spécialistes travaillent de concert (architectes, bureaux d’études thermiques, structures, électriciens, designers…). D’ores et déjà, la maquette numérique permet de faciliter le travail entre ces différents acteurs. Utile à fois lors de la conception, la construction, mais également tout au long de l’utilisation du bâtiment.

Aussi, afin de rendre aussi simple que possible une future rénovation, l’idée de « bâtiment réversible » fait son chemin. La conception de ces derniers est pensée pour le mutli-usages. Des bureaux, des logements, des hôtels… peu importe, le tout est de le rendre facilement adaptable, en fonction de la finalité immédiate et potentiellement à venir. Pour arriver à cette finalité, il est nécessaire de choisir des principes constructifs communs aux usages envisagés. Ces éléments ne seront pas modifiés lors d’un éventuel changement de destination. A ces éléments « fixes », viennent s’ajouter les « variables », qui seront eux remplacés lors de la rénovation.

Penser dès le départ « multi-usages », permet des réductions considérables lors du changement. Ainsi, l’observatoire régional de l’immobilier en Ile-de-France (ORIE), estime que « le coût technique de la transformation est en moyenne de 2000 à 3000 euros du m² pour une transformation lourde à Paris.»

 

Contacter l'auteur

Veuillez laisser ce champ vide.

Soyez le premier à commenter

Poster un commentaire